Histoire du tantrisme

Tantra signifie tisser des liens, avec soi avec l’autre, avec le tout, avec l’au-delà.
Son origine remonterait entre le 6eme siècle avant JC et le 4eme après JC, mais sa transmission fut longtemps orale.
Il s’est développé en Inde, en Chine et au Tibet.

On distingue 2 types de Tantras : celui de la tradition bouddhique, la main droite, qui est basé essentiellement sur des pratiques méditatives ; et celui de la tradition hindoue, la main gauche : basé lui aussi sur la méditation, le yoga, mais intégrant la sexualité et son énergie comme source de spiritualité. Et c’est celui que je propose.

Il n’est absolument pas une religion, c’est une voie d’éveil.
Il fut en occident pratiqué uniquement de façon caché.
La tantrisme comporte 2 divinités principales : Shiva et Shakti.

Shiva représente la conscience pure, l’absolu, le principe masculin, le mâle, la virilité, le danseur divin, il est solaire.

Shakti est la déesse, l’énergie pure, le principe féminin, et la grande mère qui crée, produit, fertilise. Elle est la mère, la sœur, l’amante, la prostituée, la prêtresse. Elle est lunaire. Elle peut aussi devenir Kali : féroce, destructrice et dévorante.

Comme l'explique la tradition tantrique, Shiva et Shakti sont les deux pôles d’un même tout : l’être parfait, l’androgyne, homme et femme, yin et yang, dieu et déesse, matière et esprit, soleil et lune.
C’est l’union des contraires symbolisée par le culte du « lingam » : l’union des deux sexes.

Et c’est de cette union que jaillit la vie.