Accueil
Ethique et Cadre
C’est quoi le Tantra ?
Conférence Vidéo 35mn :

WEEKENDS INITIATIONS
STAGES SPÉCIAUX
STAGES tantra
Tarifs stages
Calendrier stages
Pourquoi nous choisir ?
Parité en stages
Massage tantrique
Histoire du tantrisme
Du couple aux 1000 douceurs
12 secrets de couple
La rondeur des femmes
L’animateur
Témoignages
Liens
Nous contacter

Recevoir notre LETTRE
MENSUELLE D'INFORMATION
NEWSLETTER des jours heureux

BULLETIN D'INSCRIPTION
(formulaire en ligne)

Facebook twitter

femme en méditation

« Tantra des jours heureux » organise des stages de tantra et de massage tantrique

Ces stages se déroulent à Paris et à Montpellier.
« Quand il est temps de récolter ! »
L’on dit à juste titre qu’il y a avant et après le Tantra.
Le tantra peut en fait se rencontrer en plusieurs temps et nous pouvons déterminer 3 phases.

La première phase, c’est le temps de la découverte : une phase essentielle, radicale, de découvertes, de surprises, de prises de consciences, où le tantrisme par son travail sur le sexe et son déconditionnement, nous permet de connecter une libération, de sortir de notre éducation morale pour tendre vers une ouverture corporelle via le massage tantrique, mais aussi sexuelle par un travail spécifique, dont la conséquence sera perceptible dans tous les faits et gestes de la vie. Cette sensation envahissante et débordante est souvent irréversible, et l’on a souvent coutume à parler de « magie ». Les choses deviennent simple, petit à petit nous découvrons « l’écoute intime », celle de notre corps, de nos désirs, de ce que nous sentions depuis toujours sans oser lui donner d’espace, cette sensation indéfinissable de « bon pour soi ».
Les thèmes explorés sont entre autres : l’acceptation de soi et son image, le jugement de l’autre, le choix et le désir, le massage tantra, masculin et féminin, yin et yang, puis l’acceptation de l’autre, l’ouverture, l’intimité, avec l’impression de rentrer dans un monde étrange : sans limite, généreux, différent, intérieur et profond tellement qu’il peut être léger, fin, délicat, subtil. La première phase est souvent thérapeutique, nécessaire, une phase de destruction, de déconditionnement pour aller dans une reconstruction. C’est une découverte révolutionnaire.

Mais la suite est encore plus passionnante : c’est la deuxième phase : le temps de l’exploration, l’approfondissement, la réparation et la guérison : refaire ce que l’on a déjà fait, avec plus de fluidité et de conscience, sur un terrain « déblayé », pour connecter des zones plus sensibles, plus respirantes et plus vivantes, et le tantrisme devient une pratique, réparatrice de ces blessures qui ont été réveillées dans la phase de découverte, et que l’on peut guérir, par une attention, du « sacré », des rituels, une conscience, une prise en compte de l’autre, une ouverture au monde et j’ai tendance à dire aux mondes, c’est l’expansion. Ce peut être assez euphorisant, mais c’est avant tout nourrissant. Et à mon sens ce n’est que par cette pratique régulière, répétée, par laquelle couches après couches on s’approche d’un terme qui me plaît bien en biodynamique : « le noyau sain », que le tantra devient « CHEMIN ».

Puis alors peut arriver la troisième phase : facultative mais essentielle pour moi : le temps de la récolte, la célébration.
Nous savons tous le chemin que nous avons parcouru, nous avons affronté nos blessures, nos peurs, nos frustrations, nos secrets, nous en sommes sortis grandis, nouveaux, vainqueurs, guéris, et on en oublierait presque d’en récolter les fruits. Ce peut être aussi là notre tendance à « ne pas être content de la vie », un grand classique en partie dû à notre histoire et à notre parcours de guérison. Et c’est là que pour moi le tantrisme prend tout son sens, il peut être total, en lien avec le tout, parce que notre verre est plein et qu’il peut déborder, c’est une sorte d’abondance, de reconnaissance, à la fois sélective pour ne pas commettre les même erreurs du passé et profondément engagée car nous rentrons dans un espace précieux, divin , sacré, où tout peut être « fête ». Cette quête n’est pas induite, elle demande une démarche, un cadre, de sortir de notre quotidien pour quelques jours, de prendre du recul pour mieux retourner dans sa vie, ne croyons pas que c’est acquis, tout s’oublie, et c’est par une pratique régulière que les portes s’ouvrent. C’est un peu comme une méditation dynamique, plus nous rentrons dans la première phase, plus la seconde sera féconde et plus la troisième sera pleine.
Se priver de cette phase, en dehors de la joie qu’elle procure, c’est rester dans son « moi » alors qu’un autre monde nous attend, celui de l’autre, de l’abondance, de la rencontre et du partage, de pouvoir donner, une sensation de chemin à la fois pour soi mais aussi pour sa famille, et le Tantra m’offre ce temps privilégié de conscience et d’expérimentation,
Se priver de cette récolte, c’est un peu comme avoir un billet de train et ne pas le prendre. L’aventure est devant et le meilleur reste à venir. Tout cela s’apprivoise, s’apprend.
Et si nous n’avons pas tous la même capacité à célébrer, à récolter, et si ces trois phases peuvent être vécues simultanément, la troisième phase est la plus nourrissante. Ne passons pas à coté de cette opportunité que nous offre le tantrisme et le massage tantrique, car si nous ne sommes pas égaux devant le bonheur, nous sommes tous égaux devant nos choix de vie, comme celui de la  remplir ou pas « de jours heureux ».
C’est à chacun d’en décider tout de suite !!!

Luc POUGET

A qui s’adresse donc ce Tantra ?

Il n’y a pas de règle, c’est aussi une question d’être prêt ou pas, je me souviens d’une connaissance qui n’avait rien fait avant, que ce soit en thérapie ou en groupes de développement personnel et que j’ai immergé dans un de mes groupes car je le sentais prêt, et une fois la première journée passée, un peu déstabilisante pour lui, s’est trouvé comme un poisson dans l’eau en se demandant pourquoi il n’y était pas venu plus tôt ! La première des règles du cadre que je propose est de « se respecter, là où chacun est ». Personne ne vous obligera à faire quelque chose qui ne serait pas juste pour vous !
Ensuite il s'adresse naturellement à celles et ceux qui ont déjà pratiqué, il devient alors un complément, une source d’approfondissement, une exploration engagée.